DIVERS COMMUNIQUÉS

 MESSAGE DE VOTRE EVÊQUE POUR LE CARÊME 2020

RENDS-MOI LA JOIE D’ÊTRE SAUVÉ (PS 50,14)

 

Dans un contexte d’un hiver surprenant, de catastrophes et d’événements qui menacent gravement  notre terre comme le coronavirus qui ameute et mobilise toute la planète,  le carême nous revient avec son appel à la conversion et au renouveau.  En effet, le carême et le temps pascal nous rappellent que nous sommes des baptisés appelés à vivre en disciples-missionnaires; ils nous invitent à laisser le Christ ressuscité nous transformer, nous changer,  à faire du neuf dans nos vies qui, trop souvent, s’affadissent ou s’enlisent dans l’habitude, le superficiel, l’accessoire ou l’inutile.  C’est le temps de prendre résolument le chemin de conversion pour grandir dans la foi, l’espérance et spécialement dans la charité comme nous y incite notre thème pastoral « Avec charité, on sort! »

Ensemble, demandons au Seigneur de nous rendre la joie d’être sauvés. Oui, Seigneur, rends-moi la joie d’être sauvé par le don de ton Fils qui appelle mon don aux autres.  Rends-moi la joie d’être sauvé de l’indifférence, du repli sur soi, de l’insouciance, de l’égoïsme.  Redonne-moi le goût de croître dans la foi et la confiance.  Rends-moi le désir de toi, Seigneur, le goût de la prière, le goût de ta présence.

Rends-moi la joie d’être sauvé en pratiquant le jeûne.  Comme l’écrit si bien le pape François dans son message du Carême 2019,  « jeûner, c’est apprendre à changer d’attitude à l’égard des autres et des créatures : de la tentation de tout ` dévorer` pour assouvir notre cupidité, à la capacité de souffrir par amour, laquelle est capable de combler le vide de notre cœur ».  Aide-moi, Seigneur, à entrer dans ce vaste effort de préserver notre maison commune, notre terre, et spécialement la région de l’Amazonie qui est l’un des poumons de notre planète.

Rends-moi la joie de l’aumône en partageant mes biens matériels et spirituels avec mes frères et sœurs démunis.  A l’invitation de Développement et Paix, Caritas Canada, faisons du Carême de partage une source d’espérance pour les pauvres de la terre, et particulièrement pour toutes les personnes vulnérables de l’Amazonie et des pays du Sud qui s’efforcent de prendre soin de la création.  Agissons solidairement en donnant avec cœur!

Mobilisons-nous pour qu’avec l’aide de Dieu nous sachions ensemble mettre en œuvre un chemin de vraie conversion, ce qui exige de nous tourner vers le Seigneur, de nous détourner du péché et de lutter contre le mal en nous et dans le monde.   C’est ainsi que nous participerons à la victoire de Jésus sur le mal et la mort et que nous trouverons la joie d’être sauvés.

+ Noël, évêque

 

 

 

 MESSAGE POUR NOËL 2019 ET POUR LA NOUVELLE ANNÉE 2020 DE MGR NOËL SIMARD

 Avec charité, on sort!  Tel est le thème de notre année pastorale 2019-2020.   Des trois vertus de foi, d’espérance et de charité, c’est la charité qui est la plus grande des trois, dit saint Paul aux Corinthiens (1 Cor 13,13).  En effet, c’est par amour que Dieu s’est révélé à nous en Jésus.  C’est par amour que Jésus s’est fait l’un de nous et qu’il s’est incarné dans un lieu, dans notre histoire, dans une famille, celle de Marie et de Joseph.  C’est par amour que Jésus s’est fait petit enfant, pauvre et proche de nous, spécialement des pauvres et des sans-voix.   C’est par amour qu’Il  a donné sa vie sur la croix et qu’Il est ressuscité pour nous apporter la vie, le salut.

A sa suite et à sa manière, nous sommes invités en 2020 à nous faire « amour », à être l’amour au cœur de notre monde, à donner des mains et un cœur à l’amour.  Tant de nos frères et sœurs humains dans notre diocèse, notre société, notre monde, attendent de nous des paroles et des gestes d’amour.  Tant de personnes seules ou ignorées se meurent de solitude, d’ennui ou d’abandon.   Tant d’autres vivent dans la rue ou dans des conditions misérables, ou ont perdu tout espoir ou tout goût à la vie.  Ils attendent de nous  accueil, écoute, partage, solidarité, présence et amour.

Pour avoir la force et la générosité de répondre à leurs besoins et à leurs appels, nous devons puiser à la charité même de Dieu qui, seule, peut nous préserver de l’indifférence, de l’insouciance ou du défaitisme. Lors du synode sur l’Amazonie, le pape François nous a rappelés que les personnes qui souffrent le plus des dégâts causés à notre mère la terre sont les pauvres et les démunis.  A l’exemple du pape François, en 2020, sachons faire preuve d’audace et de créativité pour nous faire proches des petits et des laissés pour compte de notre monde, pour tracer des sentiers nouveaux dans la pratique de la charité et de la solidarité.

Que l’Enfant Jésus  qui vient à notre rencontre avec toutes les personnes rejetées ou mises à l’écart de notre société trouve en nous des cœurs accueillants et ouverts à Sa venue!  Qu’Il nous donne d’être des foyers d’amour et des signes joyeux de Sa présence!  Qu’il veille sur vos familles, sur nos paroisses et nos communautés chrétiennes, sur toute l’Église et surtout sur notre monde encore trop affligé par la violence, la haine, la misère et une exploitation honteuse de nos ressources naturelles!

A toutes et tous je souhaite un Noël de paix, de joie et d’amour ainsi qu’une année nouvelle 2020 remplie des bienfaits de Dieu et porteuse de santé et de bonheur!  Que la charité de Dieu se fasse, à l’exemple de Jésus le divin Messie, don, fraternité et solidarité!  Elle sort du cœur de Dieu pour habiter chez nous;  qu’elle sorte de nos cœurs pour notre joie et pour le bonheur de tous nos frères et sœurs vers qui le Seigneur nous envoie!

Un très joyeux Noël et une bonne et heureuse année !

Avec ma bénédiction,

Votre évêque + Noël

 

Marie et Joseph ont déposé l’Enfant Jésus dans une crèche humble et pauvre.
Que nos coeurs soient aujourd’hui ces crèches où veut habiter Jésus, Lui qui vient avec cette foule de frères et de soeurs affamés de paix, de liberté, de justice et d’amour !
Avec charité, sortons et allons à leur rencontre. Soyons pour eux la Bethléem du coeur, la maison du pain.
À vous et aux vôtres, mes voeux les meilleurs de santé, de bonheur, de paix et de joie. Et que l’Enfant-Dieu vous bénisse !
Joyeux Noël et une bonne, heureuse et sainte année 2020 !
† Noël Simard
Évêque de Valleyfield


 

IMPLICATION DANS VOTRE ÉGLISE

Votre implication est importante pour le bon fonctionnement de notre communauté et garder notre église vivante.

 
ÉDUCATION AUX ADULTES
CONFÉRENCES
DISCUSSIONS SUR DIFFÉRENTS THÈMES
ÉTUDE DE LA BIBLE
COMPRENDRE NOTRE FOI CATHOLIQUE
AUTRES
___________________________

___________________________

GROUPES
PRIÈRES
MARGUERITES ET AUTRES
PASTORALE JEUNESSE 12-18
CATÉCHÈSE
ALPHA (ADULTES ET JEUNES)
ADORATION DU SAINT-SACREMENT
AUTRES
___________________________
___________________________
SERVICE À L’ÉGLISE
SERVANT(E) DE MESSE
LECTEUR(TRICE)
CHORALE
FACEBOOK
MÉNAGE ET DÉCORATION
SACRISTAIN
SACRISTINE
AUTRES
___________________________
___________________________
ACTIVITÉS SOCIALES ET CULTURELLES

CONCERTS (ADULTES ET ENFANTS)

ACCUEIL DES NOUVEAUX ARRIVANTS

CONCOURS ARTISTIQUE

SOUPER-THÉÂTRE
VISITE DE LIEUX DE CULTE

BAZAR

MESSE COUNTRY

REPAS PARTAGÉS

LA GUIGNOLÉE

JOURNÉE DE LA FAMILLE

AUTRE

______________________________________________________
Veuillez indiquer votre horaire idéal pour assister aux activités.

Jour(s) : __________________
___________________________
___________________________
Heures : __________________
___________________________

POUR DES INFORMATIONS ET SUGGESTIONS, VOUS POUVEZ COMMUNIQUER AVEC LUCIE BETTEZ AU 450-424-2354 OU Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

MERCI!


  MESSAGE PASTORAL DE MGR NOËL SIMARD POUR L’ANNÉE 2019-2020

                                                                                                          AVEC CHARITÉ, ON SORT!

 Toujours dans l’esprit du pape François qui nous interpelle à être une Église missionnaire, une Église « en sortie », cette année, notre thème conclut la démarche entreprise depuis trois ans et qui portait sur les vertus théologales. Après les vertus de la foi et de l’espérance, c’est maintenant celle de la charité qui, comme le dit saint Paul aux Corinthiens ( 1 Co 13,13), est la  plus grande des trois.

LA CHARITÉ DE DIEU

Qu’est-ce que la charité?   Celle-ci ne se limite pas à « faire la charité », à « donner aux pauvres ».  Reflet de l’amour de Dieu pour tous les êtres humains, la charité traduit l’amour de Dieu pour le monde et son enracinement dans l’expérience humaine.  Dieu est amour et c’est par l’amour qu’Il vient à notre rencontre.  Par son offrande sur la croix, Jésus nos révèle jusqu’où va l’amour de Dieu qui nous dit sa passion pour l’humanité dans la passion de son Fils.  Ce qui nous est proposé et demandé en tout premier lieu, c’est de nous laisser saisir par le Christ, de nous laisser étreindre par son Amour, de nous laisser empoigner par la violence de son Évangile (Phil 3,12; Gal 2,20). C’est donc avec les yeux du Christ que je peux donner à l’autre le regard d’amour dont il a besoin.  En Jésus, Dieu nous aime et nous fait voir son amour; à partir de cet amour premier et prévenant de Dieu, et comme réponse, l’amour peut fleurir et jaillir en nous.  En Jésus, avec Jésus et par Jésus, j’aime, en Dieu et avec Dieu, la personne que je n’apprécie pas et que je ne connais même pas.

Si nous voulons rester fidèles et sereins dans notre monde pressé, changeant et agressif, il nous faut laisser le feu de l’Esprit attiser en nous cet amour fait de patience, de douceur et de constance dans le bien. C’est ce que veut souligner la flamme qui sous-tend le cœur dans notre logo. Si nous voulons demeurer forts et vigilants dans cette culture qui est la nôtre, nous devons maintenir un contact vivant avec Dieu par la méditation de sa Parole. la prière, les sacrements, les actions caritatives et la participation à la vie de la communauté.  Il s’agit de garder l’amour dans la vérité car l’amour sans la vérité pourrit le cœur et la vérité sans l’amour le durcit.

L’AMOUR DU PROCHAIN

L’amour du prochain et l’amour de Dieu se fondent l’un dans l’autre : dans le petit, nous rencontrons Jésus lui-même et en Jésus, nous rencontrons Dieu. Mais qui aimer?  Celui qui a besoin de moi et que je peux aider, celui-là est mon prochain. Dans la parabole du bon Samaritain, le prochain n’est pas celui ou celle qui est proche de moi, c’est celui ou celle dont je me fais proche.  Et en Matthieu 25,40, Jésus s’identifie à ceux et celles qui sont dans le besoin : les affamés, les assoiffés, les étrangers, ceux qui sont nus, les malades, les personnes qui sont en prison.  Nous pourrions ajouter les migrants saisonniers, les immigrants, les réfugiés qui frappent à nos portes et que malheureusement nous laissons à nos frontières ou en pleine mer. Devant les défis énormes auxquels notre monde fait face (pollution, pauvreté, exclusion, etc.),   nous devons faire preuve de ferveur et d’audace pour tracer des sentiers nouveaux dans la pratique de la charité.  Ne rien inventer laisse le champ à la souffrance, à l’insignifiance et à la barbarie. L’amour est notre mission et plus que jamais, il nous faut cette vertu de la parrhèsie (liberté de parole, audace et assurance) pour vaincre la peur, le calcul et la timidité. 

Depuis plusieurs années, nous sommes invités à faire Église autrement. En réponse à cet appel, il est nécessaire de risquer, d’oser et de savoir inventer des chemins nouveaux. Nous ne pouvons pas nous laisser engourdir par le confort de la rive. Regardons Jésus : sa compassion « l’incitait à sortir de lui-même avec vigueur pour annoncer, pour envoyer en mission, pour envoyer guérir et libérer » (Gaudete et Exsultate, n.131).  Sa charité s’est fait don, fraternité, solidarité avec les pauvres et les petits.  A sa suite et comme Lui, ayons le cœur sur la main pour ressentir la compassion devant la misère humaine et vouloir soulager cette misère. C’est ce cœur sur la main - que nous retrouvons dans notre logo – qui nous fait éprouver le besoin de nous faire le prochain du pauvre et du petit, de celui ou de celle dont la chair est blessée, la vie opprimée ou l’âme obscurcie.

EN COMMUNAUTÉ

Si l’amour est relation, ouverture à l’autre, don et communion, l’Église ne peut être que communauté d’amour.  A ce titre elle manifeste l’amour qui existe entre le Père, le Fils et l’Esprit, modèle de la famille humaine.  C’est ce que représentent les trois personnes dans le cœur de notre logo : à la fois l’amour trinitaire, la famille humaine et la communion d’amour dans l’Église.  Celle-ci a aussi une tâche particulière de pratiquer la charité, et ce, à tous les niveaux et selon toutes les dimensions (matérielle, spirituelle, morale, sociale).  Cette tâche revient à chaque fidèle et à toute la communauté ecclésiale (locale, diocésaine, universelle).  Benoit XVI l’affirme clairement : « L’Église est la famille de Dieu dans le monde. Dans cette famille, personne ne doit souffrir par manque du nécessaire » (Deus Caritas est, n.25b).  D’où notre responsabilité de travailler à l’établissement d’un ordre social fondé sur la justice.  Justice et charité vont de pair et l’une ne va pas sans l’autre.

Aujourd’hui nous sommes placés devant une urgence « alarmante », celle de nous engager à sauvegarder notre maison commune et de réagir aux menaces qui pèsent actuellement sur la famille humaine et sur notre planète qui suffoque et gémit.    Comme le rappelle avec insistance le pape François dans son encyclique Laudato Si sur la sauvegarde de la maison commune, il nous faut mettre en place et développer une écologie intégrale où la dignité humaine est préservée, où on prend soin des plus pauvres qui, malheureusement, font davantage les frais des désastres environnementaux.   C’est en réponse à son appel que notre Église diocésaine cherche depuis quelques années à être « une Église verte ».  Nous pouvons faire plus à ce chapitre tout comme nous devons augmenter la place de la pastorale sociale dans nos paroisses et nos communautés chrétiennes.  L’Église de Valleyfield a une réputation enviable d’un fort engagement social et je me réjouis de l’arrivée d’un nouveau responsable diocésain de la pastorale sociale qui saura augmenter nos réseaux d’entraide et d’action sociale.

Enfin, nous avons un travail particulier à accomplir, celui de réchauffer l’amour et de le rendre visible. Dans la conversion missionnaire qui nous est demandée, il peut arriver que les « missions » que nous nous donnons prennent une telle importance que nous oublions en route de les vivre dans l’amour, l’amitié et le respect.  Si nous devons nous soucier du résultat tangible de notre action, cela ne doit pas être au détriment du souci des personnes qui oeuvrent dans nos paroisses. Le manque d’amour, de confiance, de chaleur et d’amitié dans notre apostolat a un effet dévastateur : l’amour se refroidit et la division s’installe.  François Mauriac écrivait pertinemment : « Le jour où vous ne brûlerez plus d’amour, d’autres mourront de froid ». 

Cette année, redoublons d’efforts pour contrer cette logique du chacun pour soi, du profit et de la satisfaction égoïste de nos besoins et désirs. Adoptons et faisons la promotion de la logique du don,  du partage et de l’oubli de soi, en un mot, de la charité.   Et reprenant les mots du pape François adressés aux prêtres mais qui s’appliquent si bien à vous tous, chers diocésains et diocésaines: «  merci pour la joie avec laquelle vous avez su donner vos vies, révélant un cœur qui, au cours des années, a lutté et lutté pour ne pas se rétrécir et s’aigrir mais pour être, au contraire, chaque jour élargi par l’amour de Dieu et de son peuple » ( Lettre aux prêtres à l’occasion des 160 ans de la mort de Saint Jean-Vianney, le curé d’Ars, 4 août 2019).

 AVEC CHARITÉ, ON SORT!  Oui, «  sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus-Christ…Dehors, il y a une multitude affamée et Jésus qui nous répète sans arrêt : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ( Mc 6,37) » ( François, La joie de l’Évangile, n. 49).

  +Noël Simard

Évêque de Valleyfield

 


 

Campagne de souscription

Campagne de financement

pdf

Campagne de financement

Poids : 1.28 mo
Téléchargements : 656
Date d'ajout : Juil 21 2016