• Historique de l'église Saint-Lazare
Historique de l'église de Saint-Lazare

Historique de la paroisse de 1875 à 2000

Menu de l'historique
L'église actuelle
Construction de la première église
Élection des premiers marguilliers
Mot des curés
Nos vitraux
Saint-Lazare de Béthanie
Les curés de 1877 à aujourd'hui

Saint-Lazare-de-Vaudreuil, paroisse de cent-vingt-cinq ans d'histoire est située à l'ouest de Montréal dans le Comté de Vaudreuil-Soulanges et fait partie du Diocèse de Valleyfield.

Un décret d'érection signé en 1875 par Monseigneur Ignace Bourget, deuxième Évêque de Montréal donna le nom de Saint-Lazare (dont la fête est célébrée le 17 décembre) à ce détachement de la Paroisse Saint-Michel de Vaudreuil. La première église fut alors construite avec l'aide généreuse des paroissiens. Ce temple d'une grande beauté fût malheureusement détruit en 1942 par un incendie. Quelques années passèrent et grâce au courage et à la détermination du pasteur et des paroissiens d'alors, une nouvelle église fût érigée et bénie le 18 juillet 1948 par Monseigneur J. Alfred Langlois, Évêque du Diocèse de Valleyfield.

Cette petite communauté, à ses débuts très modestes en nombre a connu un essor assez impressionnant depuis le milieu des années 1970 qui s'est poursuivi jusqu'à aujourd'hui. Les données statistiques du recensement fédéral de 1991 indique d'ailleurs que Saint-Lazare-de-Vaudreuil est la localité canadienne qui a connu le plus fort taux d'augmentation de sa population de 1986 à 1991 avec un taux de 78,9%. Encore aujourd'hui, le nombre de nouvelles constructions ne cessent de s'accroître de sorte que nous retrouvons maintenant à Saint-Lazare une population de près de 12,500 personnes, composée majoritairement de jeunes familles: 31% des gens sont âgés entre 1 et 20 ans, 45% entre 20 et 55 ans et 24% entre 56 et 95 ans. Les résidents de Saint-Lazare-de-Vaudreuil peuvent compter sur un éventail assez varié de commerces pour répondre à leurs besoins; mais ils profitent aussi de la proximité de Montréal et sa banlieue pour y compléter leurs achats et aussi pour y exercer leurs métiers et professions. Tantôt empreinte de sérénité, tantôt toute en fébrilité, cette communauté assez jeune et en constante évolution peut se vanter d'avoir les outils nécessaires pour relever d'importants défis qui peuvent se présenter en l'an 2000.

L'esprit d'entraide et de fraternité qui y règnent, le souci constant d'un grand respect de l'humain en général et de son environnement qui caractérisent bien les gens de Saint-Lazare-de-Vaudreuil font de cette paroisse un milieu accueillant, un endroit où il fait bon vivre avec ses grands espaces verts et boisés mais surtout une ville dont les résidents peuvent être fiers, très fiers...

Mot de Gérald, notre curé

 

La Paroisse a fêté ses 125 ans d'histoire en octobre 2000. Le contenu de son histoire vient nous rappeler la richesse des personnes qui ont bâti notre aujourd'hui dans la foi. C'est un passé qui se rend présent à nous tous.

La réalisation de ce rêve de fondation en 1875 nous fait sentir les durs moments du début, mais aussi la prise en charge d'une petite communauté qui a su créer des liens très forts d'appartenance.

Oui, nos ancêtres nous ont légué ce bel héritage de foi, de générosité et de travail, qui a permis à leurs descendants de rebâtir avec le même courage et la même ténacité que leurs prédécesseurs. La construction de deux églises vient nous démontrer les mêmes valeurs vécues par ces hommes et femmes.

Notre histoire est belle, elle mérite d'être connue par tous ceux et celles qui ont vécu et vivent à Saint-Lazare. Nous pouvons y trouver un élan qui nous permettra à notre tour de préparer l'avenir, en nous inspirant de leur dynamisme.

Nous devons être fiers de ces personnes pour tout ce qu'elles nous ont apporté. Devenons à notre tour des bâtisseurs dans l'Église de notre temps.

"Vous aussi, soyez des pierres vivantes qui servent à construire" (1Pi 2,5)

Mgr Noël Simard, évêque du Diocèse de Valleyfield

Son Excellence Monseigneur Noël Simard est né le 25 novembre 1947 à Saint-Aimé-des-Lacs, dans Charlevoix. Il a été ordonné prêtre le 28 mai 7972 et évêque le 3 octobre 2008. Alors qu'il était évêque auxiliaire de Sault Sainte-Marie en Ontario, il fut nommé évêque de Valleyfield le 30 décembre 2011. Il a inauguré son ministère épiscopal le 23 février 2012 en la Basilique-Cathédrale Sainte-Cécile, à SaIaberry-de-VaIleyfield. Il a enseigné la théologie morale et la bioéthique à l'Université Saint-Paul, Ottawa, et à l'Université de Sudbury. Il est actuellement membre de Ia Commission épiscopale pour la justice et la paix de la CECC, membre du conseil Église et société de l'AECQ, membre du conseil canadien des Églises, aumônier d'état et évêque ponens, des Chevaliers de Colomb du Québec, évêque ponens auprès de l'Association canadienne des chevaliers de Colomb, ainsi que membre de l'Académie pontificale pour la vie.

Mgr Robert Lebel

Depuis le 30 juin 2000, Mgr Robert Lebel portait le titre d'Évêque Émérite. Mgr Robert Lebel est décédé le 25 mai 2015. Ses funérailles eurent lieu le 3 juin à la Cathédrale de Valleyfield.

Sa devise: "Dans la ferveur de l'Esprit".

Construction de la première église

Fonder une paroisse implique la construction d'un lieu de prière.

Le 12 octobre 1875, une pétition signée par la majorité des francs tenanciers de la paroisse Saint-Lazare est remise au chanoine Hippolyte Moreau. Elle sollicite l'autorisation de bâtir une chapelle, une sacristie et autres dépendances sur un terrain que Monsieur Moreau jugera comme étant le plus adéquat. Monsieur le Chanoine donne son accord le 8 novembre 1875. Il décrète, par la même occasion, que la chapelle sera érigée sur un emplacement mesurant douze arpents de superficie. Le terrain avait été offert gratuitement par M. Jean-Baptiste Poudrette, dit Lavigne.

Monsieur Poudrette, dit Lavigne, cultivateur de Saint-Lazare, était propriétaire des lots numéros 15, 16, 17 situés dans la concession de Saint-Robert. Le terrain cédé à la paroisse occupait une partie du lot numéro 15. Le contrat de vente des lots à Monsieur Poudrette avait été signé devant le notaire F.-D. Bastien le 30 janvier 1871.

La chapelle, de même que la sacristie et le presbytère, sera bâtie en bois sur une fondation de pierres. Elle devra être placée à environ trente-six pieds du chemin public, sa façade tournée vers le sud-est. Elle mesurera quatre-vingt-quatre pieds de longueur sur quarante-cinq pieds de largeur. La hauteur de ses murs atteindra vingt pieds à partir des lambourdes. La sacristie mesurera vingt-huit pieds par vingt-quatre pieds à l'intérieur.

Le presbytère, placé du côté sud de la chapelle et à une distance d'environ soixante pieds, mesurera trente-six pieds par trente-deux pieds à l'intérieur.

La construction, confiée à l'entrepreneur Joseph Rozon, atteindra le coût total de 13 000,00$, presbytère et dépendance compris.

Quant à son apparence extérieure, l'église de Saint-Lazare empruntera dans son ensemble le caractère architectural de l'église Saint-Michel-de-Vaudreuil.

Élection des premiers marguilliers

Les premiers marguilliers de la paroisse Saint-Lazare sont élus le 10 décembre 1876, lors d'une convocation à la sacristie de l'église Saint-Michel-de-Vaudreuil. Ce sont:

M. Julien Campeau, marguillier en charge pour l'année 1877;

M. Jean-Baptiste Martel, marguillier en charge pour l'année 1878;

M. André Girard dit Jolicoeur, marguillier en charge pour l'année 1879.

L'élection a lieu sous la présidence de Monsieur le Curé Th. Brassard, de la paroisse de Vaudreuil. Étaient également présents: Messieurs Hilaire Gauthier et Clovis Montpellier, ainsi que M. Antoine Chartier de Lotbinière Harwood, député adjudant général.

Bénédiction de la première église

Le 22 octobre 1877, à neuf heures du matin, on procède à la bénédiction de la nouvelle église de Saint-Lazare, bénédiction faite par le Révérend H. Moreau. Plusieurs paroissiens de l'endroit et des régions environnantes sont présents à la cérémonie. Après la bénédiction, une messe votive à la Sainte Vierge est chantée solennellement par le Révérend Th. Brassard, vicaire forain et curé de Vaudreuil.

De nombreuses transformations ont été effectuées grâce à l'Abbé J.-Alphonse Desautels entre 1892 et 1920 car l'Abbé Desautels trouvait l'intérieur de l'église trop dépouillé et trop modeste.

Le 8 novembre 1942, un terrible incendie détruit cette église et la sacristie.

Tiré du livre "Quand le passé se fait présent 1875-1987" écrit par Flore Bouchard-Lauzon.

L'église actuelle

Suite à l'incendie de la première église le 8 novembre 1942 et au décès du Curé Leduc survenu le 11 novembre 1942. La paroisse se retrouvait sans église, ni curé. C'est au Curé Emile Sauvé, le successeur du Curé Jean-Baptiste Leduc, qui devra s'atteler à la tâche de construire une nouvelle église. Il lui faudra veiller constamment à ce que l'architecture et les coûts de la construction soient conformes aux aspirations et aux ressources financières de la majorité. Le 19 mai 1943, une requête signée par la majorité des francs tenanciers est adressée à Mgr Langlois le suppliant de les autoriser à ériger une nouvelle église. Mgr Langlois approuve la démarche et déclare que l'église et la sacristie seront construites au pied de la colline, à l'est du presbytère, à une distance d'environ cent pieds du chemin du roi, le portail de ladite église tourné vers le nord.

Le 8 août 1943, on procède à l'élection de trois Syndics, qui verront à la construction de cette nouvelle église, ce sont: Messieurs Norbert Martel, Wilfrid Ménard et Hector Giraldeau. Le 25 septembre, M. Norbert Martel est élu président des syndics et M. Théotime Martel est engagé comme secrétaire-trésorier. À cette même assemblée, on embauche les architectes Paul et Ludger Lemieux pour la mise à exécution des plans et devis de la future église.

Selon Mgr Langlois, en tenant compte des ressources financières de la paroisse, l'on devra construire une église modeste et les coûts ne devront pas dépasser 60,000$

Le 6 avril 1944, M. le Curé Emile Sauvé décède suite à un accident survenu au passage à niveau près de l'église St-Michel-de-Vaudreuil. Les paroissiens se retrouvent encore une fois privés de curé pour diriger la paroisse, c'est la consternation.

C'est l'Abbé Léonidas Béland qui succède au Curé Sauvé le 15 avril 1944. Une bien lourde tâche l'attend. Le 20 septembre 1944, on décide de confier à M. le Curé Béland le poste de secrétaire-trésorier des Syndics. M. Théotime Martel deviendra assistant secrétaire-trésorier. Lors de cette même assemblée, les plans et devis sont officiellement présentés aux Syndics par les architectes Lemieux, Messieurs les Syndics se voient dans l'obligation de refuser les plans car rien de ce qui avait été commandé au départ n'apparaissait sur l'épure. Le coût du projet s'élevait à 150,000$. On devra donc repartir à zéro et ce n'est que le 13 avril 1945 que Messieurs les Syndics et Monsieur le Curé Béland sont convoqués au bureau des architectes Lemieux afin d'étudier les nouveaux plans. Ces plans sont finalement approuvés, on peut maintenant procéder aux soumissions. Le 26 juillet 1945, on procède à l'ouverture des premières soumissions et elles ne sont pas concluantes. Déçus, les Syndics décident à l'unanimité que le projet de construction soit reporté à l'année suivante.

Le 24 février 1946, suite à la suggestion de Mgr Langlois, Monsieur Béland propose aux Syndics de procéder d'abord à des soumissions pour les assises de la bâtisse en l'occurence: les fondations, les planchers du sous-sol et de l'église et le système de chauffage. Le sous-sol terminé, on pourrait, vers le mois de juillet 1946, demander de nouvelles soumissions pour la construction de l'édifice proprement dit.

M. le Curé Béland a procédé aux demandes de soumissions, conformément aux désirs formulés par les Syndics lors de l'assemblée du 24 février 1946. Le 16 mars, à l'ouverture des soumissions pour le sous-sol de l'église, les Syndics acceptent la proposition de M. J.-E. Brazeau au montant de 32,700$. On retiendra la soumission de M. Loyola Schmidt pour l'installation d'un système de chauffage à l'huile. Monsieur Schmidt devra en plus fournir et installer le brûleur ainsi qu'un réservoir d'une capacité de 2,500 gallons. Montant total: 4,300$.

En juin 1946, le sous-sol est terminé. Étape suivante: soumission pour la finition de l'église. Coût d'érection prévu: 50,000$. Tous les espoirs sont permis. Il n'est pas trop optimiste d'envisager la fin des travaux pour la mi-octobre. Puis, soudain, jeudi 11 juillet 1946, coup de théâtre. Lors d'une assemblée mémorable tenue chez M. Théotime Martel, les Syndics, à l'unanimité, refusent de pousser plus loin le projet de construction. Raison invoquée: on trouve insuffisante la somme de 50,000$ pour compléter la construction de l'église. Ce motif invoqué par les Syndics n'avait convaincu personne. En consultant le livre des délibérations, il est aisé de conclure que l'opposition des Syndics était la conséquence directe de bouleversements antérieurs, dont ils se sont crus être les boucs émissaires. Le projet fut mis en veilleuse de juin à septembre. Au cours de l'été 1946, la nature s'était montrée particulièrement clémente. On aurait pu en profiter pour accélérer les travaux d'édification. Pendant ce temps, l'inflation entraînait des hausses de prix phénoménales. Une église qui aurait pu être construite en 1942 au montant de 60,000$ atteindra en 1948 un coût de construction dépassant la somme de 150,000$, sacristie et ameublement compris.

Le 3 août 1947, Mgr J.-A. Langlois procède à la bénédiction de la pierre angulaire, en présence du curé de la paroisse, M. Léonidas Béland, de M. Adhémar Jeannotte, curé de Vaudreuil, de M. Henri Cuillerier, curé de Saint-Clet, de M. Edmour Laberge, curé des Cascades et de plusieurs autres membres du clergé.

Les levés des architectes Lemieux excluaient l'ameublement de l'église. M. le Curé Béland, conseillé par M. Lafleur, entrepreneur de Valleyfield, verra à dresser lui-même et gratuitement, les plans des bancs, confessionnaux et armoires de l'église. Le contrat, alloué aux entrepreneurs Leduc et Lafleur de Valleyfield, atteindra un montant de 7,620$. Dans le but de défrayer ces travaux, la Fabrique de Saint-Lazare se propose de faire un emprunt de 8,000$ sous forme de débentures. La résolution est adoptée le 11 avril 1948.

Dix heures, 19 juillet 1948. Pour le curé et les paroissiens de Saint-Lazare, la joie et le contentement atteignent leur apogée. Après des années de déconvenues et de dures luttes, on assiste enfin au couronnement d'une oeuvre dont certaines phases d'exécution rejoignirent parfois l'héroïsme. Avec toute la pompe et le faste de rigueur en ce jour, Monseigneur J.-Alfred Langlois préside à la bénédiction officielle de la nouvelle église de Saint-Lazare. Se sont joints au curé et aux paroissiens de Saint-Lazare de nombreux dignitaires civils et ecclésiastiques, ainsi que plusieurs citoyens des environs.

Après la bénédiction, une grand-messe solennelle fut célébrée par le Révérend Père Louis-Joseph Lefebvre, c.s.v., supérieur du Collège Bourget de Rigaud, assisté de Monsieur l'Abbé Alfred Sauvé et du Révérend Père René Castonguay, enfant de la paroisse.

La nouvelle église, de style moderne, est construite entièrement à l'épreuve du feu. Contrairement à la première église, dont la nef longeait la route et dont l'entrée était située vers l'est, elle est érigée face au chemin principal.

Extrait du livre "Quand le passé se fait présent 1875-1987"
écrit par Flore Bouchard-Lauzon

Nos Vitraux

Ce qui frappe d'abord le fidèle qui pénètre pour la première fois dans l'église de Saint-Lazare, ce sont ses magnifiques verrières. Leur style, leurs couleurs invitent au recueillement. Toutefois, pour le non initié, il peut apparaître ardu d'en apprécier toute la valeur et le juste symbolisme. Grâce à la collaboration de Monsieur l'abbé Léonidas Béland et de Monsieur le curé Gérald Sareault, nous sommes en mesure d'apporter certaines précisions touchant l'achat, la création et l'exécution de ces remarquables verrières.

Commandées chez les fabricants et importateurs Desmarais et Robitaille dans les années 1950, les deux verrières installées dans le sanctuaire ont été réalisées par l'artiste Vincent Poggi de Montréal. Leur représentation est de type conventionnel - image, portrait du Christ-Roi et de Marie Reine du Monde - et leur style rappelle celui de la chapelle de Mgr Desranleau à Sherbrooke. La verrière du Christ-Roi, d'une valeur de 675,00$ est un don de Monsieur l'abbé Léonidas Béland. Celle représentant Marie Reine du Monde, de coût identique, fut payée entièrement par différentes organisations paroissiales. Toutes les autres verrières: nef, porte d'entrée, rosace, fonts baptismaux, ont pu également être acquittées grâce à la générosité des paroissiens de Saint-Lazare durant les années 50 à 65. C'est à raison d'une verrière par année coûtant environ 1000,00$ chacune que ces verrières ont été achetées. Ces verrières ont été réalisées par le maître-verrier André Rault, de Rennes en France. Les importateurs sont Desmarais et Robitaille ainsi que M. Arthur Guyot. Selon M. l'abbé Béland, leur style rocaille (style ornemental en vogue sous Louis XV, caractérisé par la fantaisie des lignes contournées), leur représentation, leur fabrication en verre éclaté apportent un cachet différent, moins dépouillé que celles érigées dans le sanctuaire.

Tiré du livre "Quand le passé se fait présent"

Si vous désirez voir ces magnifiques vitraux

Saint Lazare de Béthanie

Saint Lazare était juif de naissance. Issu d'une riche et noble famille, il était le fils de Sirius et d'Eucarie. C'était le frère de Marthe et de Marie-Madeleine, dite la pécheresse. La famille habitait un château spacieux à Béthanie. Le village de Béthanie, appelé par la suite El Azarié, était situé à environ cinq kilomètres de Jérusalem, près du mont des Oliviers.

Après la mort de ses parents, les trois enfants s'étaient partagé les biens de la succession. La richesse de la famille explique le prix exorbitant du parfum dont Marie-Madeleine aspergea les pieds de Jésus.

On raconte que Jésus, quand il passait par Béthanie, s'arrêtait souvent chez Lazare pour y boire, manger, ou se reposer.

L'évangéliste saint Jean a décrit en détails les circonstances qui ont permis à Jésus de ressusciter Lazare (Ch.XI, versets 1 à 44).

Lazare, ramené à la vie, demeurera toujours fidèle aux enseignements du Christ. Lorsque la persécution s'éleva à Jérusalem, en l'an 35 de notre ère, plusieurs de ceux qui avaient suivi Jésus furent maltraités, les tout premiers étant Lazare et ses deux soeurs. Leurs persécuteurs les avaient fait monter dans des barques sans rames, ni voiles, ni gouvernail, espérant qu'ils se perdissent en mer. Miraculeusement, le navire aborda à Marseille. Le zèle confiant de Lazare porta ses fruits et plusieurs Marseillais se convertirent au christianisme.

Saint Lazare devint le premier évêque de Marseille. Une tradition immémoriale et corroborée par de nombreux documents affirme queStatue de Saint Lazare Lazare, n'ayant pas obtempéré à un ordre des romains l'enjoignant de rendre un culte aux idoles, fut battu, traîné par toute la ville puis enfermé dans une prison obscure. À Marseille, des fouilles archéologiques ont permis de retrouver, à l'intérieur de bâtiments composant l'abbaye de Saint-Sauveur, l'endroit précis où fut mis en captivité l'auguste Lazare. Saint Lazare rendit l'âme un 17 décembre. L'année de sa mort n'a nulle part été mentionnée, mais la tradition veut que le saint ait atteint un âge plus que vénérable.(Photo de la statue de Saint Lazare, évêque que l'on retrouve dans l'église de St-Lazare-de-Bellechasse).

Toujours d'après la tradition, saint Lazare mourut décapité dans la prison même de l'abbaye ou du moins sur la place de Linche, tout près de l'abbaye. Son corps fut inhumé à Marseille, dans l'église de Saint-Victor. Lors des ravages des Sarrazins et autres Barbares, les reliques du saint évêque, gardées dans une châsse, furent transportées de Marseille à Autun. Marseille garda néanmoins la tête de son saint apôtre. Détail pour le moins irrévérencieux: avant la translation des restes, une autre tête fut adroitement adaptée par un prêtre marseillais au corps de Lazare. On ne découvrit la supercherie que bien des années plus tard.

Marseille a toujours gardé la tête de saint Lazare. Encore aujourd'hui, dans la grande église de Marseille, on peut voir le chef du grand saint, que l'on garde religieusement.

À Autun, afin de conserver les restes de l'illustre évêque, une église fut érigée sous le vocable de saint Lazare. Cette église devint par la suite la Cathédrale de Saint-Lazare. La nef fut dédiée à saint Lazare; l'un des deux bas-côtés à sainte Madeleine et l'autre à sainte Marthe.

Pendant la Révolution Française, soit vers la fin de 1793, le corps de saint Lazare, vénéré à Autun depuis des siècles, fut profané comme la plupart des autres corps saints. Les reliques du saint, tirées de leur châsse, furent lancées pêle-mêle sur le pavé de l'église, et servirent même d'objets d'amusement à une troupe d'enfants qui les traînaient çà et là. Pris d'un semblant de remords, les spoliateurs transportèrent les restes dans le vestibule reliant la sacristie à l'ancienne chambre du Trésor, où ils restèrent sur le pavé pendant plusieurs jours. Quelques Autunois en profitèrent pour enlever successivement divers ossements du saint martyr. Le calme revenu en France, ces mêmes personnes s'empressèrent de remettre à Mgr de Fontagne, évêque d'Autun, les reliques. Le prélat, après avoir constaté leur identité, ordonna, le 18 août 1903, que les restes du saint soient enfermés dans une châsse. Le 3 septembre suivant, la châsse fut transportée dans le choeur de la cathédrale et exposée à la vénération des fidèles.

Extrait de Vie des Saints et Fêtes de toute l'année, par l'abbé E. Darras, Librairie de Louis Vinès, Paris.

Nos Curés

  • Abbé Magloire Auclair de 1877 - 1880
    M. l'Abbé Magloire Auclair, curé-fondateur de Saint-Lazare. Il était fils de cultivateur.Abbé Magloire Auclair Il est né le 18 septembre 1846 à Saint-Vincent-de-Paul. Son père se nommait Jean-Baptiste et sa mère, Flavie Gravel. L'Abbé Auclair était le treizième d'une famille de quinze. Le 19 décembre 1869, il est ordonné prêtre à Montréal par Mgr Ignace Bourget. Il fut vicaire à Saint-Cyprien-de-Napierville de 1869 à 1876. Par la suite, il fut vicaire au Saint-Enfant-Jésus. Le 13 septembre 1877, Mgr Édouard-C. Fabre lui confiait la fondation de la nouvelle paroisse de Saint-Lazare-de-Vaudreuil. En trois ans, il construisit l'église et le presbytère. En 1880, Mgr Fabre le nomme curé dans la paroisse de Saint-Jean-Baptiste de Montréal, où il oeuvra pendant 30 ans. Il meurt le 11 décembre 1911 chez son frère le curé Zéphirin Auclair, à Saint-Polycarpe-de-Soulanges.

    Curé Isaïe Dozois de 1880 - 1882
    Malgré leur court ministère à Saint-Lazare, ces deux prêtres ont pu mener à bonne fin l'ensemble des mécanismes reliés à l'érection civile de la paroisse. Une érection civile est la reconnaissance civile du décret canonique. C'est le 14 novembre 1882, par ordre de l'honorable Théodore Robitaille, lieutenant-gouverneur de la Province, Monsieur J. Blanchet, assistant-secrétaire, procède à l'érection civile de la paroisse de Saint-Lazare.

    Curé Alfred-Louis Charbonneau de 1882 - 1886
    Malgré leur court ministère à Saint-Lazare, ces deux prêtres ont pu mener à bonne fin l'ensemble des mécanismes reliés à l'érection civile de la paroisse. Une érection civile est la reconnaissance civile du décret canonique. C'est le 14 novembre 1882, par ordre de l'honorable Théodore Robitaille, lieutenant-gouverneur de la Province, Monsieur J. Blanchet, assistant-secrétaire, procède à l'érection civile de la paroisse de Saint-Lazare.

    Abbé J.-Rémi Chaput de 1886 - 1892
    Monsieur l'Abbé J.-Rémi Chaput, fut curé de 1886 à 1892. Il supervisa la construction du chemin couvert reliant l'église à la sacristie. D'autres acquisitions sont venues améliorer l'apparence de l'église et de la sacristie durant cette période. Un tableau de saint Lazare fut acheté le 14 septembre 1890 au coût de 200$. Le 26 octobre de la même année, on se procure un harmonium pour un montant de 175$ et le 29 novembre 1891, on procède à l'aménagement d'un Chemin de la Croix dans la sacristie.

  • Abbé J.-Alphonse Desautels de 1892 - 1920
    Parmi tous les prêtres qui dirigeront la paroisse de Saint-Lazare, Monsieur l'Abbé J.-Alphonse Desautels se distinguera de tous les autres. D'abord sa longévité comme pasteur de la paroisse mérite d'être soulignée. En second lieu, ses idées de grandeur Abbé J.-Alphonse Desautels subiront la désapprobation de plusieurs. En effet, à cause de son penchant pour le luxe et le faste, les agissements de Monsieur le Curé Desautels essuieront fréquemment le blâme des paroissiens. Selon la conception du Curé Desautels, l'intérieur de l'église de Saint-Lazare est trop dépouillé, trop modeste. Avec l'autorisation des marguilliers et des francs tenanciers, Monsieur le Curé décide de procéder à des améliorations majeures. L'inventaire des travaux est considérable: fabriquer trois nouveaux autels, un grand et deux petits, remplacer les bancs, installer dans la sacristie un autel, un confessionnal, un vestiaire et y poser des doubles fenêtres, procéder à d'autres travaux de menuiserie jugés essentiels, peindre et décorer l'intérieur de l'église et de la sacristie, à savoir: les murs, les fenêtres, les boiseries, le confessionnal, les statues, etc... et pour terminer, refaire le plafond, le peindre et le décorer. Les travaux s'échelonneront sur deux ans (1899-1900). Les travaux seront effectués avec des matériaux de première qualité. En 1908, il désire améliorer l'apparence extérieure de l'église et de ses dépendances. Il veut peindre le clocher de l'église, la clôture devant et à côté de l'église de même que la sacristie, la galerie et le plancher du presbytère. Il voudrait aussi ériger une clôture en aluminium avec poteaux de fer, ce qui lui vaut l'ironie et l'humour de l'évêque du temps Mgr Joseph-Médard Émard. C'est pour cette raison qu'on le qualifie maintenant du curé qui voyait grand.

    Curé J. Octave Delisle de 1920 - 1935
    M. le Curé J. Octave Delisle est un personnage haut en couleur. Il exerçait une forteCrué J.-Octave Delisle autorité sur ses paroissiens. Le 24 avril 1921, il entreprend des travaux de restauration c'est-à-dire: l'installation d'un système de chauffage à l'eau chaude (église et presbytère), la peinture et le système d'éclairage pour l'église et le presbytère ainsi que la construction de deux transepts qui transforment l'apparence extérieure de l'église. Les travaux seront parachevés à la fin de l'année 1921 et les coûts atteindront la somme de 4136$. Le 30 octobre 1921 Mgr Emard approuve l'achat d'un nouvel orgue fabriqué par Casavant. Cette orgue coûte 2,500$. En 1923, c'est la construction d'une salle paroissiale et d'une remise à chevaux. Le 3 octobre 1926, lors d'une fastueuse cérémonie, on procède à la bénédiction des nouvelles cloches et à l'inauguration des deux nouveaux transepts.

  • Abbé Dosithée-Nérée Legros de 1935 - 1942
    Durant le ministère de l'abbé Legros, la paroisse fit l'acquisition d'un coffre-fort pour préserver les registres précieux de la paroisse. Ce coffre-fort existe toujours. L'abbé Legros était un homme de grande foi. C'était un homme de santé très fragile et plusieurs vicaires l'ont aidé durant sa période de ministère chez nous.

    Abbé Jean-Baptiste Leduc de 1942
    C'est l'abbé Jean-Baptiste Leduc qui succède à Monsieur le Curé Legros. Son ministère durera moins d'un an soit du 15 juin au 11 novembre 1942. Le 8 novembre 1942, un incendie détruit l'église et la sacristie. Seul le presbytère est épargné. L'abbé Leduc étant très malade au moment de l'incendie, il ne se rendit pas compte de la gravité du sinistre. Il meurt trois jours après le drame. Son corps est inhumé dans notre cimetière.

    Abbé Emile Sauvé de 1942 - 1944
    Une tâche quasi surhumaine attend le nouveau pasteur de Saint-Lazare. Dès son arrivée, en plus de devoir se familiariser avec ses nouveaux paroissiens, Monsieur le Curé Sauvé devra s'atteler à la tâche de construire une nouvelle église. Il n'a ménagé ni son temps, ni ses énergies, pour faire démarrer, puis accélérer, les travaux préliminaires à l'érection de la nouvelle église.

    Le 6 avril 1944, un Jeudi Saint, la voiture de Monsieur le Curé Sauvé se fait happer par un train tout près de l'église Saint-Michel de Vaudreuil. C'est la mort instantanée de notre curé. Auprès des paroissiens de Saint-Lazare, c'est la consternation.

  • Abbé Léonidas Béland de 1944 - 1951
    Le 15 avril 1944, c'est à l'abbé Léonidas Béland qu'est confié la tâche de succéder à l'Abbé Sauvé. Une bien lourde tâche l'attend c'est-à-dire la construction de la nouvelle église. Monsieur l'Abbé Béland ne se voyait pas du tout en curé fonceur, encore moins en bâtisseur d'église. Ces années furent difficiles, mais combien enrichissantes pour Monsieur l'Abbé Béland, il y a mis tout son coeur et toutes ses énergies afin que cette église soit bâtie et il réussit. Le 10 juillet 1948, la joie et le contentement atteignent leur apogée pour le curé et les paroissiens de Saint-Lazare car c'est la bénédiction de la nouvelle église. Monsieur l'Abbé Béland voit également à l'aménagement du mobilier et des ornements servant à agrémenter l'intérieur de l'église. Selon ses dires, la générosité des paroissiens de Saint-Lazare est sans bornes.

    Abbé Paul Gendron de 1951 - 1956
    À la fin de la construction de l'église, c'est à Monsieur l'Abbé Paul Gendron qu'est revenu la tâche de curé. Comme la communauté chrétienne avait la répartition c'est-à-dire des paiements d'église à faire, l'Abbé Gendron ne pouvait ajouter à ce qui était déjà beaucoup de choses. Cependant, il voit à l'achat de deux verrières dans le but de continuer ce qui était déjà commencé dans le choeur. Le coût de ces deux verrières s'élevait à 1,900$

    Curé J.-Adrien Dicaire de 1956 - 1966
    En 1957, Monsieur le Curé Dicaire fait l'acquisition d'une orgue au montant de 5,000$. Cette orgue est aujourd'hui dans la nef de l'église, côté est; on s'en sert toujours lors des cérémonies Curé J.-Adrien Dicaireliturgiques. Il voit également à l'achat de toutes les verrières restantes au montant de 14,098.65$. Il rajeunit l'extérieur du presbytère en 1961, en remplaçant les briques existantes par de la pierre naturelle semblable à celle de l'église. En 1963, il lance une souscription volontaire pour l'achat des cloches. Cet achat est rendu possible grâce à la générosité des paroissiens de Saint-Lazare. Les quatre cloches s'élèvent au montant de 11,600$. Les cloches portent les noms de Jésus, Marie, Joseph et Lazare. Leurs poids respectifs sont: Jésus 2350 livres, Marie 1450 livres, Joseph 1000 livres et Lazare 620 livres. Leur carillon est accordé à quatre notes différentes soit: mi, sol, la et do. En 1965, la santé chancelante du Monsieur le Curé Dicaire l'oblige à ralentir ses activités. Le 9 juin 1966, Monsieur le Curé Dicaire décède suite à un cancer. Il fut inhumé dans notre cimetière.

  • Abbé Hyacinthe Brais de 1966 - 1984
    Après avoir été curé dans la Paroisse de Sainte-Marthe de Vaudreuil pendant 18 ans, l'Abbé Hyacinthe Brais arrive à Saint-Lazare au printemps 1966. Monsieur le Curé Brais fut toujours un homme actif, vigilant et déterminé. En 1966, il érige une clôture en broche maillée allant du coin de l'église jusqu'aux bornes du terrain de la Commission Scolaire. En 1968, il refait les bornes et la localisation des terrains de toutes les bâtisses appartenant à la Fabrique. En 1968-1969, il s'attaque au cimetière en établissant les bornes de tous les terrains, en procédant à des travaux de nivelage et de remplissage. Il construit un mur à l'aide de traverses de chemin de fer aux limites des terrains du cimetière et installe un drain en plastique afin de prévenir l'érosion. Vers 1970, il voit à la plantation de conifères sur le terrain de la Fabrique et remet à neuf le perron et les trottoirs de l'église. En 1974, il voit au remplacement de la croix dans le cimetière. Il achète un tracteur Kubota avec tondeuse et pelle en 1978 et en 1982, c'est la rénovation et la réparation de la cuisine du presbytère. En 1984, il prend sa retraite mais reste très actif dans la communauté. Il décède le 9 mai 1997 et il est inhumé dans son cimetière.

    Abbé Gérald Sareault de 1984 à ...
    Le 1er août 1984, c'est avec joie que toute la communauté de Saint-Lazare accueille un de ses enfants comme nouveau curé. L'Abbé Sareault est né à Saint-Lazare et il est un bourreau de travail et de dévouement. Il a su injecter parmi la population un courant de fraternité et de collaboration tout à fait unique. Grâce à ce climat d'entraide, plusieurs initiatives ont vu le jour, en voici quelques exemples:
    Instauration d'un nouveau système de fonctionnement dans le paiement de la dîme.

    Rénovations du sous-sol de l'église avec peinture et recouvrement du plancher en tuiles asphaltées avec possibilité d'achat de tuiles au coût de 5$ l'unité. Deuxième rénovation à l'été 2001 avec souscription volontaire donnant la possibilité d'acheter un gallon de peinture au montant de 25$.

    Corvée pour peinture de fer forgé au presbytère.

    Vente d'encarts publicitaires dans le feuillet paroissial.

    Réparation du toit de l'église avec possibilité d'achat d'un paquet de tuiles asphaltées au coût de 12$ l'unité.

    Souscription volontaire pour la réparation du toit de l'église pour la deuxième fois.

    L'abbé Sareault voit aux démarches et requêtes en vue de la consécration de l'église. C'est le 25 octobre 1987 que Mgr Robert Lebel procède à la réalisation de son rêve lors d'une grandiose cérémonie.

    Ces travaux de rénovations se comptent par dizaine, tels que: peinture de l'intérieur de l'église et réparations de toutes les verrières, installation d'une clôture autour du cimetière ainsi qu'un mur de soutènement en pierres taillées, réparation des pierres de la façade de l'église, réparation du plancher du clocher de l'église, remplacement des fenêtres de l'église et du presbytère, etc, etc, etc....

    C'est un homme disponible pour tous. De juin 1996 à juin 2004, il a desservi la paroisse de Saint-Polycarpe au niveau administratif. Depuis septembre 2005, il est curé de deux paroisses soit : la Paroisse de Saint-Lazare ainsi que la Paroisse Saint-Joseph-de-Soulanges à Les Cèdres. Depuis janvier 2009, la Paroisse Saint-Lazare est dissoute. Nous sommes maintenant unifiés avec la Paroisse Saint-Joseph-de-Soulanges mais nous avons toujours nos deux églises. M. Sareault est très orgueilleux et fier de sa paroisse et nous espérons le garder avec nous encore longtemps.